Four encastrable, tout ce que vous devez savoir

Four encastrable, tout ce que vous devez savoir

Les équipements de cuisine ont évolué avec temps. Auparavant, on ne pouvait enfourner qu’un seul plat à la fois. Aujourd’hui, on peut cuire en même temps plus de deux préparations dans un four. De nos jours, les modèles encastrables sont les plus appréciés. Pour cause, ils sont plus sophistiqués et plus performants. Ceux-ci livrent de nombreuses options intéressantes : double cellule de température différente, programmateur électronique de début et de fin de cuisson, économie d’énergie, cuisson automatique, etc. Ainsi, focus sur l’incontournable outil qu’est le four encastrable !

Le four encastrable : qu’est-ce que c’est ?

Pour gagner de l’espace, le four encastrable s’installe directement sous le plan de travail, dans une armoire spéciale, ou en hauteur. Il peut être à gaz ou électrique. Il en existe différents modèles sur le marché : de dimensions standards ou sur mesure. En général, cette boîte à fournaise mesure environ 60 cm en hauteur, en longueur et en profondeur. Toutefois, il en existe aux proportions spéciales comme 45 x 56 x 85 cm. Cela dépend de son volume. Pour bien fonctionner, ce four embarque un système de refroidissement et un revêtement supportant l’effet de la chaleur (inox, pierre, bois traité, etc.). 

Whirlpool, Bosch, Sauter, Samsung, Electrolux, etc. porter son choix sur cet appareil de cuisson plutôt que sur un autre se justifie par sa praticité. Il est plus esthétique. Il se marie à tout décor sans dépasser les lignes. Ainsi, il permet d’économiser l’espace de la cuisine

Four électrique ou four à gaz ? Faîtes votre choix

Par question de praticité, la plupart des ménages optent pour les fours électriques. Il est plus évident de l’installer. Il suffit de le brancher à une prise secteur. Pour ce qui est d’un four à gaz, on a besoin de se raccorder au réseau de gaz de la ville. Or, les démarches s’y afférant peuvent être fastidieuses. De plus, ces modèles restent plus compliqués à utiliser, plus onéreux et surtout limités en option. 

Les différentes types de four 

Gaz ou électrique, un four se classe également en fonction de son principal mode de cuisson : 

  • Four traditionnel ou à convection naturelle 

Ici, on a une cuisson bloquée sur un seul niveau. La chaleur provient des résistances placées en haut et en bas du four. L’air y circule à la verticale. Durant son long temps de préchauffage, la température interne augmente. Durant la cuisson, les parois de l’appareil chauffent. Il peut être électrique ou à gaz. 

  • Four à chaleur tournante 

Le four effectue une cuisson simultanée sur 2 niveaux. Ici, l’air va et vient dans tous les sens. C’est l’idéal pour une cuite homogène grâce à ses deux résistances et son ventilateur. Ce modèle nécessite peu de temps de préchauffage.

  • Four multifonctions 

La cuisson de cet appareil se fait par mixtion entre la chaleur tournante et le mode traditionnel. Ce modèle est plus performant mais s’avère plus cher. Toutefois, il représente un investissement à long terme vu qu’il consomme peu d’électricité.   

Pyrolyse, catalyse et hydrolyse : les différents options de nettoyage

Les derniers modèles de four cuisent non seulement les plats mais sont aussi parés de système de décrassage dont : 

  • La pyrolyse 

Un modèle doté de ce dispositif est plus cher mais est plus efficace en matière de nettoyage. Pour utiliser ce mode, il suffit de chauffer le four à 500°. Les éclats de graisses et de sucres en sont ainsi désintégrés durant 1 à 2 heures de temps. Par la suite, on nettoie l’intérieur de l’appareil avec une éponge ou un chiffon humide.

  • La catalyse 

Ce nettoyage se fait automatiquement par oxydation. En outre, les parois en émail du four assimile les excédents de cuisson. Poreux et rugueux, ceux-ci font disparaître la crasse de cuisson dont la graisse (non le sucre) à compter de 200°. Ce modèle de four est moins cher mais exige un nettoyage additionnel comme un coup d’éponge avec du produit de vaisselle. 

  • L’hydrolyse 

Cette option de nettoyage vapeur est la plus contraignante et la moins populaire. Elle exige un lavage systématique après chaque usage du four. Cependant, il s’agit d’une alternative de décrassage écologique, antirouille et économique. Concrètement, il faut verser 50 cl d’eau et du liquide vaisselle sur la sole de l’appareil. On lance ensuite l’hydrolyse. Après une demi-heure, les projections de graisse et de sucre ramollissent et se décollent sous l’effet de l’évaporation et de la condensation des micromolécules d’eau. On enlève la crasse avec une  éponge.

Et les fours à porte froide ? 

Les grandes marques ont développé la solution miracle pour régler l’habituel problème d’isolation thermique des vieux modèles de fours encastrables : la porte froide. Les modèles dotés de cet équipement sont gratifiés d’une fermeture et d’une ouverture douces. Cette porte en question est formée de trois à quatre plaques de verre refroidies par une circulation d’air. De sa conception, elle préserve ainsi des éventuelles brûlures. Effectivement, sa température n’excède pas les 40° durant la cuisson et plane autour des 60° et des 77° durant une pyrolyse. 

En somme, le four encastrable convient aux adeptes de rôtisserie ou de pâtisserie aimant travailler dans un espace dégagé. Son prix varie de 250 € à 1200 € en fonction de ses options. Les moins chers sont les traditionnels à catalyse, les modèles à chaleur tournante avec nettoyage manuel, et les multifonctions. La palme des plus chers est attribuée aux modèles fours à vapeur.  

Laisser un commentaire